Ville de Strasbourg – Campagne de communication contre le sexisme au travail : « Stop sexisme »

Ligne à suivre

Ligne à suivre

 

Contexte de l’action

De nombreuses agentes ont vécu des situations de sexisme ordinaire : remarques d’ordre sexuel, commentaires sur la tenue vestimentaire et autres propos sexistes. Une cellule d’écoute a été formalisée à l’intention des agentes et a fait l’objet d’une communication interne, appuyée par des actions de sensibilisation.

Cette campagne s’inscrit dans le cadre de l’objectif n°1 du plan municipal d’action pour les droits des femmes et l’égalité de genre 2017-2020 : « Garantir l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes au sein de l’administration ».

 

Publics cibles 

Au départ, l’ensemble du personnel de la collectivité : agentes victimes, agents agresseurs, agent.e.s témoins.

Puis élargissement à d’autres employé.e.s du secteur public et privé au vu des résultats de la campagne

 

Objectifs visés

Au lancement de la campagne en 2016 : Réduire voire supprimer les comportements sexistes dont les agents sont les auteurs et les femmes les victimes, rendre visible l’engagement et la conscience des élu.e.s et de la Direction générale sur le sexisme dans la collectivité, partager les outils de communication, informer de la mise en place d’un espace écoute pour les agentes en difficulté.

En 2017 : Signifier l’engagement de la Direction générale à poursuivre les actions engagées en 2016 pour mettre un terme au sexisme ambiant dans la

 

Réalisation et mise en oeuvre

Déclinaison simultanée le même jour : affichage de supports de communication reprenant des phrases entendues par les agentes dans tous les locaux de la collectivité, atelier ouvert aux femmes, conférence pour les cadres animée par Brigitte Grésy[1], relais d’outils d’action à tout.e.s les agent.e.s de la collectivité, lancement d’une cellule d’écoute à l’intention des agentes (pilotée par la chargée de mission droits des femmes et égalité de genre). Un groupe de travail a été monté en interne après la campagne.

Fort de l’impact des actions menées en 2016, de nouvelles actions ont été organisées en mai 2017 conformément aux décisions du comité de pilotage égalité professionnelle du 29 septembre 2016.  L’importance voire la violence des réactions à la campagne « Stop sexisme » en 2016 a démontré l’importance de poursuivre la sensibilisation et la formation de l’ensemble des agent.e.
Ce programme a permis d’articuler information, expression et recueil de témoignages, communication, mobilisation des agent.e.s et déploiement de formations à destination des agent.e.s de terrain et de manager.e.s de tous niveaux de responsabilité. Il s’est accompagné de la création d’outils de sensibilisation : quizz sur la compréhension individuelle du sexisme, outil de recueil de témoignage, mise en place d’actions d’interpellation des agent.e.s par deux comédien.ne.s. La synthèse de l’impact permet de proposer aujourd’hui un plan d’actions

[1] Secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

 

Résultats obtenus

Un véritable coup de poing dans l’administration : sensibilisation de l’ensemble des agent.e.s par une information généralisée et par une campagne d’affichage, reconnaissance par les élu.e.s et la Direction générale du quotidien des agentes : la lutte contre le sexisme et pour l’égalité professionnelle s’inscrit comme un axe fort de la collectivité. Mise en place d’un groupe de travail interne composé de femmes volontaires.

Atelier ouvert aux femmes : 35 participantes (sur la base du volontariat)

Conférence à destination des cadres : 114 agent.e.s, 55 élèves administrateurs.trices de l’INET

Beaucoup de réactions positives et négatives, médiatisation importante locale et nationale, labellisation par la plateforme ministérielle « Sexisme pas notre genre ».

La campagne « Stop sexisme » a obtenu le prix Cap Com 2016 de la Communication interne.

Poursuite des travaux : 245 personnes ont répondu au quizz de manière spontanée, 50 signalements ou retours d’expérience ont été reçus par la chargée de mission, 121 agent.e.s et encadrant.e.s ont été formé.e.s. L’action se poursuivra en 2018 notamment avec un agenda de formations complémentaires.

La mission droits des femmes et égalité de genre, à l’initiative de ce projet, a reçu de nombreuses demandes d’autres collectivités ou de structures privées. Il a paru important d’y répondre et de proposer de rejoindre l’engagement de Strasbourg

Collectivité

Ville de Strasbourg

Points particulièrement positifs

Formalisation d’un espace d’écoute pour les agentes
Adhésion de l’exécutif pour la conception du programme d’action et de la campagne
Portage administratif repéré et soutien par des relais formés en interne pour faire face aux commentaires et réactions violents
Relais efficace : l’action a été relayée par les partenaires et a reçu le prix Cap Com de la communication interne

Cette action vous intéresse, vous avez envie d’en savoir plus, d’être mis.e en relation avec la collectivité porteuse ou d’être accompagné.e à sa mise en place dans votre collectivité ? Contactez ECVF : contact@ecvf.fr

 

Jérôme DORKEL, Ville et Eurométropole de Strasbourg